• 503

    D'un geste de la main, il vous réduit au silence. Vous enjoignant à la prudence, il pose un doigt sur ses lèvres. Puis, vous entraînant à l'écart, il murmure :

    -Ici, tout le monde est contre les félons, mais tout le monde n'est pas résistant. Contre un peu d'argent, qui sait si quelqu'un ne résisterait pas à la tentation d'éclairer les Félons. De plus, les idées, les espèces divergent ici. Fais attention d'à qui tu t'adresses. Et un conseil, méfie-toi de tous.

    Puis, il vous indique la salle d'un geste large de la main. Cela vous semble plus clair à présent, des gens marqués à vie par de rudes châtiments exposent leurs blessures sans même y penser. D'autres ont une attitude brisée ou ravagée par la haine contre, vous l'espérez, les félons. Un frisson vous parcourt lorsque vous apercevez plusieurs tatouages semblables. Les aurait-on marqués...? (Oui, vous frissonnez comme une petite âme sensible, car vous avez manifesté votre vif désaccord quand à l'esclavage.) Votre référent suit votre regard, comme il semble suivre la réflexion qu'il vient de se produire dans votre esprit intelligent et vif.

    -L'esclavage était une rédemption. Ceux qui avaient trahi le Maître ou qui avaient refusé de le suivre pouvaient devenir esclave. Car cela leur épargnait les tourments de Sa justice au moment de leur mort. Que valait une vie de travail face à une mort éternelle de tortures ? Certains diront que condamner ces esclaves sur deux générations étaient inhumains, car ces esclaves jeunes n'avaient pas commis les mêmes choix que leurs parents et payaient pour leurs erreurs. Je leur répondrais que la plus grande punition était de voir sa progéniture réduite en servitude. Mais tout le monde ne peut pas être libre. Et ceux qui ont fauté n'ont pas droit à cette liberté. Ce n'est que justice.

    Que vous soyez convaincu ou non par son discours (on espère pour votre humanité que vous ne l'êtes pas), il reprend après une inspiration, sans vous laisser le temps de résister.

    -Aujourd'hui, les félons réduisent en esclavage ceux qui refusent de se soumettre. Ils ont anéanti des populations entières fidèles au Château pour leur bon plaisir. Ils ne leur promettent ni une quiétude éternelle, ni une quelconque rédemption. C'est une vie de servitude et de tourments qu'ils leur offrent. J'ai vu des gamins tomber sous les coups, des êtres qui n'étaient plus que poupées de sang passer entre leurs mains salies par leur cupidité, leur cruauté et leur traîtrise envers notre Maître juste et bon. Alors l'esclavage d'aujourd'hui ne ressemble en rien à celui d'hier. Celui d'avant était un choix, celui de maintenant est une obligation.

    Et lorsque votre guide termine ses mots d'un air sombre, vous comprenez que la conversation est terminée. Que se passera-t-il ensuite ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :